PROGRESSIA

Aller en bas

PROGRESSIA

Message  Alexis le Mer 8 Oct - 10:33

http://www.progressia.net/index.php4?rub=chroniques&idchronik=1670

La météo artistique de l’Hexagone est décidément bien clémente. Un anticyclone vieille sur nos contrées et suscite des vocations ensoleillées pour celles et ceux qui souhaitaient en découdre avec les terribles dépressions survenues lors des dernières décennies. Impossible de dresser une estimation de groupes qualitatifs tant la croissance pulvérise tous les records. Un vivier s’est éveillé, a pris le jeu en main pour mieux redistribuer les cartes de l’inspiration. La France se place fièrement comme l’écurie la plus prometteuse du moment. C’est désormais indiscutable.

Parfois, il suffit d’y croire. Telle une terre au gisement riche en matières premières peu exploitée par manque d’initiative, notre pays recèle de joyaux inestimables, bien que non répertoriés sur les registres officiels. Et c’est évidemment à la presse d’informer de ces découvertes, qui finissent par redonner un sacré coup de pied aux fesses à un public qui n’en attend pas moins, mais dont le moral est au plus bas.

Et lorsqu’un homme et une femme remettent l’image des duos musicaux au goût du jour, le résultat s’avère surprenant, pour ne pas dire éblouissant. Imbibés de multiples modes et de courants musicaux, Asphodel (Penumbra) et Alexis Damien (ex-Carnival in Coal) génèrent à eux seuls une puissance musicale rarement vue chez nos compatriotes tant d’un point de vue artistique qu’humain. Comment ne pas vouloir embrasser cette dantesque chanteuse protéiforme et serrer la pogne de ce compositeur talentueux et pétri d’humour, juste pour les remercier ?

Les remercier d’employer le progressif dans sa forme la plus pure : l’éclatement des frontières. Aucune limite ne vient entraver la démarche finalement expressionniste de nos deux protagonistes. Ici l’humour est roi et la musique est reine. Entre gothisme légèrement parodié, metal en fission spontanée, pop acidulée telle un french kiss passionné, bande-son saturée sur fond de sexualité débridée, Pin-Up Went Down est une muse aux formes avantageuses qui redonne l’excitation aux vieux encroûtés et se fait la voix d’une jeunesse en mal d’amour.

Ce grand foutoir, voire ce superbe bordel organisé, entraîne de force vers des rêveries malicieuses. Lorsque la température monte, le décor change pour se retrouver précipiter en plein mosh où la sueur est filtrée par la cyber trance, le death metal, le rock déjanté, la funk, le jazz ou l'electro en apesanteur, qui en distillent une eau de jouvence. Et si Alexis maîtrise ses instruments un à un, la batterie en particulier, ainsi que la production musclée mais non exempte de défauts, Asphodel, quant à elle, est une apparition constante aux multiples facettes. Un véritable caméléon vocal d'une technique hallucinante. Libérée, abrasive, cette jeune femme risque bien d'en faire tourner des têtes.

Privilégiant le format court des titres, truffés de délires et d'excellentes idées, cette première oeuvre se révèle à nos sens par ce parfum de fraîcheur métallique. Si la conclusion de l'album fait malheureusement chuter l'hypnose, Pin-Up Went Down n'en reste pas moins un duo qui gifle violemment, qui ne ressemble à nulle autre, et sur lequel il va falloir compter activement. Applaudissements !

Antoine Pinaud
avatar
Alexis
Admin

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 39
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://pinupwentdown.your-talk.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum