HeavyLaw

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HeavyLaw

Message  Alexis le Lun 14 Juin - 7:09


Pin Up Went Down est un jeune groupe français comme on voudrait en voir beaucoup plus souvent. Composé à la base d'Asphodel (Ex-Penumbra) et d'Alexis Damien (Batteur live de Carnival In Coal), il a réussi en l'espace d'un seul album à se définir un univers propre ainsi qu'une musique originale, et extrêmement inventive, dont l'horizon et l'inspiration n'a l'air de se limiter à aucun style de musique. Mais aussi juste barré comme il faut. Je me souviens encore de mes impressions quand notre dénicheur de groupes obscurs venu du fin fond des Contrées de l'Internet, notre Whysy national, m'a fait découvrir ce groupe. Ça donnait un truc du genre:

- "Mais qu'est-ce que c'est que cette musique de tarés?!!".
- "Attends t'as pas tout vu, tu vois la toute petite voix d'enfant là sur le premier morceau?"
- "Ouais bah quoi?"
- "Bah ça c'est la chanteuse qui fait ça."
- "WTF?!!"
- "Et en plus ya une piste c'est que du beat box."
- "?!!"

Le temps d'encaisser la claque auditive et de me faire quelques écoutes approfondies, me permit de voir la richesse derrière cette apparence déjantée. Inutile de dire que depuis lors j'attendais "342" avec une impatience non dissimulée.

Alors quid de cette nouvelle fournée? Le nom énigmatique de cet album annonce déjà une première nouveauté. "342" (à lire Three-Four-Two), indique par un petit jeu de mots le passage du nombre de membres de 2 à 3. Nicolas, batteur de son état et frère d'Alexis, vient donc rejoindre officiellement l'équipe. La deuxième nouveauté concerne la direction prise par le groupe pour cet album.

Autant le dire tout de suite, ceux qui voulaient le même délire que sur "2Unlimited" vont être un peu déçus. Le groupe l'avait annoncé, leur second opus resterait toujours du Pin Up Went Down mais avec une approche différente. Et en effet "342" arbore un aspect totalement différent de l'album précédent. Là où "2Unlimited" prenait un côté plus catchy et incisive, 342 prend une apparence plus posée et feutrée. Et de l'aveu du groupe plus organique aussi. La production rend ici un son un peu plus rond et doux. Le côté gros délire énergique et rentre-dedans qu'on pouvait trouver dans l'offrande précédente (les imparables "Esthete Piggie" ou "Only Some Shitty Chemical Stuff" pour ne rien citer) s'est un peu atténué pour laisser place à des pistes plus intimistes, recherchées voire progressives. La folie est toujours là bien présente, mais plus maîtrisée. Quoique certaines pistes, comme "Escargot" ou "Vaginaal Nathraak" relèvent tout bonnement de l'enfermement en chambre capitonnée.

Les styles musicaux abordés sont toujours aussi variés que précédemment, sinon plus. Certaines pistes mélangent et enchaînent tant d'ambiances différentes qu'on en frôlerait presque la schizophrénie musicale. Des titres comme "Essence of I" ou "Khabod of my Aba" en sont de parfaits exemples. Prière juive chantée à la manière d'un chant grégorien suivi de chants à la chœurs de Noël ("Khabod of my Aba"), passages growlés, musiques tribales, ambiances spatiales, de la chip music, une intro un peu lounge façon musique d'ascenseur par-ci ("Diapositive"), un poil de burlesque ou de jazz par là, ceci n'est qu'un aperçu de ce que vous pourrez trouver dans cet album. "Murphy In The Sky With Deamons" m'évoquerait presque l'image d'une sorte de space opera avec des petits hommes verts fanas de Jazz. Tout ceci nous donne une richesse et une variété qui vont aussi de paire avec une certaine inaccessibilité pour le profane.

Le point névralgique de cet album reste la voix de l'incroyable chanteuse Asphodel, celui-ci semblant plus centré autour de son chant. Cette dernière, non contente de chanter toujours aussi divinement, étend également son champ d'action afin d'exprimer totalement la douce folie qui émane de ce maelström d'idées. En prenant en compte la voix d'enfant, le chant lyrique ou plus classique, le pig squeal, les onomatopées ainsi que toutes les déformations de voix utilisées pour incarner les «personnages» des morceaux, le nombre de techniques vocales employées ainsi que leur variété force le respect. Surtout quand on sait que c'est une chanteuse autodidacte. Les passages extrêmes sont toujours l'occasion pour Alexis de placer quelques bons petits growls, que je trouve plus maîtrisés et clairs qu'auparavant. Et bien sûr n'oublions pas l'apparition en guest du chanteur de Disillusion, Andy Schmidt aka Vurtox, qui vient prêter sa voix sur "Vaginaal Nathraak".

Loin de chercher à se reposer sur ses acquis, Pin Up Went Down continue ici de développer son univers et sa personnalité avec brio tout en se renouvelant. Plus recherché et inventif encore que son prédécesseur, il en est aussi moins accessible. Pourtant je ne peux que vous conseiller cet album. Alors pourquoi ne vous laisseriez-vous pas tenter ?

9/10

Quetzouille
avatar
Alexis
Admin

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 38
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://pinupwentdown.your-talk.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum