Les eternels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les eternels

Message  Alexis le Lun 16 Aoû - 23:40



Asphodel est cool. Vraiment. Alors que 342 (chronique ici) est sorti il y a peu, votre serviteur a profité de la venue inopinée de la chanteuse à Paris pour caler un créneau d'interview histoire de... et comme prévu, l'échange a été aussi passionnant que relax. Un entretien reproduit ici dans sa quasi-intégralité (délires et digressions comprises) histoire que vous puissiez vous faire une idée de la personnalité de la demoiselle. Qui est cool...


Cosmic Camel Clash



Cosmic Camel Clash : Lors de notre interview pour la sortie de 2 Unlimited, tu m'avais expliqué que pour produire tes différentes voix tu n'utilises pas consciemment de technique : tu commences par te mettre dans la peau d'un personnage, et la voix sort. C'est un processus que tu as utilisé à nouveau pour 342 ?

Asphodel : Oui. Cependant cette fois-ci j'ai aussi essayé de repousser mes limites technique. Par exemple sur "Vaginal Nathrakh", lors du passage avec Andy (Schmidt, chanteur de Disillusion) où on se met à hurler dans tous les sens, j'avais envie de partir d'un cri un peu screamo et de basculer vers le classique, en une fois. C'est pas évident mais j'ai réussi. J'avais vraiment envie de garder ces personnes car effectivement, selon les ambiances d'Alexis (Damien, instruments) ... tu m'excuses si je regarde dans le vague à des moments hein, c'est que je me représente des scènes...

Cosmic Camel Clash : Oui, ça s'appelle entrer en évocation.

Asphodel : (accent espagnol) L'evocacion ! Donc ouais, y'a toujours le côté personnage, ça je n'arrive pas à m'en défaire. A chaque fois que j'écoute la musique d'Alexis ça m'évoque des températures, des couleurs, des tons, des endroits, de la géométrie... comprendre quelque chose d'architectural, comme des grandes pièces. Dans "Pictures To Speak To", le côté piano m'évoquait quelque chose de très restreint, une ambiance avec des textures très velours. Ça poussait vraiment plus à l'introspection, et comme j'avais ce personnage introspectif sous la main... tu as suivi un peu l'histoire ou pas ? Le texte ?


Cosmic Camel Clash : J'ai lu les textes, mais de là à tous les replacer...

Asphodel : Pas de souci, je t'explique. A Besançon il y a une petite vieille qui se balade tout le temps, qui existe... je ne sais pas qui c'est ni comment elle s'appelle, mais c'était une vieille que je croisais tout le temps quand j'étais étudiante. Elle les cheveux toujours bien mis, gris-blancs, dans une grande natte...

Cosmic Camel Clash : C'est où à Bezak ?

Asphodel : Tu vois le Quick, la petite place ?

Cosmic Camel Clash : Oui, complètement... (ndCCC : comme Asphodel, votre serviteur a fait ses études à Besançon)

Asphodel : Elle va toujours là, on la croisait une à deux fois par semaine. Elle a toujours son sac à main, un truc vert à la Mme Pepperpot, ce genre d'ambiance à la Sarah Kay, cette illustratrice pour petites filles qui fait des petits personnages tous jolis, tous ronds avec de grosses charlottes. Et cette vieille semble sortir de ces illustrations, avec sa belle jupe grise en tissu épais et son beau petit chemisier blanc. Elle s’asseyait sur la place, sortait ses photos et se mettait à leur parler. C'est tout ce que je sais d'elle, elle faisait toujours ça. Elle devait avoir probablement un gros problème obsessionnel et à force de n'avoir aucune réponse - elle m'a toujours fascinée - je me suis mise à imaginer un personnage par rapport à cette femme. C'est le genre de gens que tu croises tout le temps et le jour où tu veux leur demander ce qui se passe tu ne les croises plus, comme dans les films. J'ai jamais osé lui demander, je ne savais pas ce qu'elle aurait été capable de me répondre. Du coup je me suis inventé une histoire et je me suis dit qu'elle avait tué les gens sur les photos à l'âge où elle voulait ne plus les voir grandir. Quand elle avait estimé que ces gens étaient parfaits à leur âge...

Cosmic Camel Clash : ...elle les a figés.

Asphodel : Ouais, complètement. La chute plus ou moins de l'histoire c'est qu'il n'y a qu'elle qui reste, ce sont les dernières paroles de la chanson. L'échange entre la voix vieille et la voix jeune - ça aussi ça a été enregistré en une prise - c'est qu'elle parle toute seule. En tant que vieille sénile mais aussi en tant que jeune personne quand elle a connu les vivants. Les deux identités se confrontent, et là aussi c'était le truc technique. Rhô, je t'ai fait un laïus mon vieux...

Cosmic Camel Clash : Pas grave. Tu vois quand je fais des petites interventions ? C'est pour découper des paragraphes lors de la publication... (Asphodel rit). Sinon il y a des moments dans l'album où on sent que tu n'es pas dans la modulation, tu chantes avec ta voix naturelle si on peut dire ça comme ça. Est-ce que ça signifie que dans ces moments-là tu n'es plus dans un personnage et que c'est toi qui parle ?

Asphodel : Non. Quand j'ai des voix comme ça qui sont plus proches de ma "voix naturelle" c'est le côté instinctif et compulsif. C'est comme un cri du cœur donc ça va se passer de fioritures. D'un coup ça sort...

Cosmic Camel Clash : Et malgré que ce soit un cri du cœur, ce n'est pas un retour à ta vraie personnalité ?

Asphodel : Si ! Mais tu sais, je pense que même si je change beaucoup de voix, ma vraie personnalité est un peu dans tout quand même. Ça fait partie de ma personnalité aussi d'être multi-facettes, donc forcément j'ai besoin de ça aussi. En plus ça fait appel à des émotions qui sont plus ou moins enfouies vu qu'on est toujours dans le contrôle de soi : il y a des facettes de toi que tu ne vas pas faire ressortir en société, que tu vas faire ressortir selon les situations, que tu vas faire ressortir quand tu es tout seul... et les personnages m'ont permis d'avoir accès à toutes ces émotions-là.

Cosmic Camel Clash : Emotions pour lesquelles tu n'avais pas forcément de créneau d'expression en dehors d'une chanson...

Asphodel : Ah oui, complètement.

Cosmic Camel Clash : Donc ça doit être super libérateur ?

Asphodel : Ah ouiiii, mais sur le coup, au moment où tu enregistres le truc. Après-coup non car tu reviens toujours au même questionnement.

Cosmic Camel Clash : On passe à la grosse nouveauté : l'arrivée de Nicolas (Damien, piano) dans le groupe. Ça s'est passé comment ?

Asphodel : Un jour j'étais dans le tram à Lyon et Alexis m'appelle et me dit « Diiiis, on peut dire à mon frère qu'il vienne ? ». Je lui ai répondu « Pourquoi tu veux ça ? ». Au début j'avais très peur, sincèrement. On avait toujours travaillé en symbiose tous les deux que je me suis dit qu'une troisième personne ça allait être la merde... j'ai tellement l'habitude des groupes où on est douze et où ça merde parce que personne n'est jamais d'accord... J'avais peur que ça perde de son identité, vraiment. Il m'a répondu que je ne devais pas m'inquiéter pour ça car Nicolas l'avait déjà pas mal conseillé pour le premier album. Alexis lui passait les morceaux, lui demandait son avis... l'ombre de son frangin était présente. Du coup je me suis dit que c'était tellement important pour Alexis... ça leur permettait d'avoir un partage autre, de faire fusionner leur lien de fraternité. Souvent les liens de fraternité tu les as quand tu es petit mais quand tu grandis tu les as beaucoup moins parce que chacun fait sa vie. Là, en l'occurrence, ils avaient l'opportunité de retrouver un terrain de jeu commun. Donc je me suis dit « Allez, n'aie pas peur, laisse-le faire. ». Ça s'est fait, ça s'est passé bien avant les premiers morceaux du deuxième album. Et effectivement ça a donné des bonnes choses, des choses beaucoup plus mélodiques. La plus violente du groupe c'est moi en fait. Alexis aime bien Devin Townsend et tout, mais il aime surtout les choses harmoniques, mélodiques, ça vient de son bagage. Nicolas est beaucoup plus dans le classique et moi j'écoute de tout à part du heavy traditionnel et du true black parce que je déteste ça. Je peux écouter aussi bien des trucs assez electro à la Fever Ray que de la musique des années 30, mais c'est moi la plus brutale du groupe. Je réclame beaucoup plus de métal des fois, et lui me dit « Atta, atta, calme tes nerfs ! ». Donc la présence de Nicolas a consolidé le côté mélodique de Pin-Up et ça a peut-être donné quelque chose de plus organique aussi, de plus tactile. Le premier était un peu plus froid, et je n'arrive toujours pas à savoir lequel je préfère.

Cosmic Camel Clash : Pour 2 Unlimited tu découvrais l'univers d'Alexis. Là maintenant tu connais... est-ce que ça a fait évoluer la manière dont vous avez travaillé ?

Asphodel : Je crois que oui et non (rires). Le premier coup il m'avait mis un CD dans les mains en me disant « J'ai fait ça ». Là je me suis retrouvé avec plein de morceaux et c'était pas « démerde-toi » mais presque : j'enregistrais un petit bout ici, un petit bout là. Là par contre ça s'est fait petit à petit. J'étais beaucoup plus hésitante sur le premier parce que j'avais peur de dénaturer, d'empiéter sur son travail. Là j'ai eu beaucoup moins peur car je sais qu'il me fait confiance. Après je pense que la différence principale c'est qu'on a travaillé plus vite que sur le premier. Pas au début parce qu'on pataugeait, mais une fois que nous avons été sûr de nous nous avons travaillé beaucoup plus vite car maintenant j'ai l'habitude de sa manière de bosser... et aussi de la mienne. Bosser pour Pin-Up, maintenant, je sais faire.


Cosmic Camel Clash : Étant la représentante du métal dans le groupe, celle qui pousse pour que ce soit toujours plus bourrin, comment vis-tu le fait que 342 est vachement moins violent que 2 Unlimited ?

Asphodel : Musicalement oui, mais pas vocalement.

Cosmic Camel Clash : Je sais, mais ça c'est ma question d'après.

Asphodel : (rires) Comment je le vis ? Hmmm...

Cosmic Camel Clash : Et comment c'est venu, aussi. Ils t'ont brimée ?

Asphodel : Non, parce que ce qui se passe c'est que je me suis retrouvée avec des morceaux qui étaient un peu plus métal et qui devaient finir sur le premier. Nous avons fait le tri, Alexis me les a refait écouter et j'ai dit qu'il valait mieux qu'on reparte de zéro. C'est con parce qu'il y en avait deux ou trois qui étaient vraiment pas mal... je pense que nous étions tellement contents des premiers résultats pour 342 que nous ne nous sommes pas posé la question de la part de métal ou de je sais pas quoi. Nous avons vraiment fait les choses instinctivement. Moi c'est vrai que ça m'a gêné après-coup de ne pas avoir plus de passages bourrins, c'est pour ça que j'ai fait "Vaginal Nathrakh" qui est le morceau le plus thrash de l'album... mais je crois que je m'y suis faite. Alexis avait vraiment insisté sur le fait qu'il voulait quelque chose de plus organique, de plus proche de l'humain musicalement parlant.

Cosmic Camel Clash : Et donc paradoxalement... (Asphodel rit) j'ai l'impression que l'album est plus violent vocalement et que les thématiques abordées y sont plus sombres.

Asphodel : Oui. Au niveau vocal c'est plus métal car je fais beaucoup plus de pig squeal que dans le premier : le premier j'en avais fait un seul alors que là j'en ai fait beaucoup. D'ailleurs plein de gens confondent et croient que c'est Alexis... pour "Murphy In The Sky With Daemons", il y a une partie où un mec sort de chez lui et parle aux petits oiseaux dehors. C'est moi qui la fais, c'est un mélange de death et de grindcore. Comme j'ai senti que c'était beaucoup plus organique et que j'avais envie de pousser les limites de ma voix, j'en ai mis un peu plus. Des fois on ne l'entend pas beaucoup à cause du mix... et oui, les thèmes abordés sont plus sombres que sur le premier. Sur le premier il y avait ce côté goth fou-fou, plus léger dans certaines mélodies... alors que là c'était beaucoup plus introspectif donc il a fallu que je m'adapte. Par contre au début j'en ai chié...

Cosmic Camel Clash : Tu ne savais pas de quoi parler ?

Asphodel : Ouais. Parce que ça n'allait pas assez mal... c'est quand ça va mal que j'arrive à écrire, et là ça allait plutôt bien. J'ai essayé de faire plusieurs choses dans le forcing et ça ne m'a pas du tout plu donc je me suis dit « laisse tomber ».

Cosmic Camel Clash : « Attendons d'aller mal... »

Asphodel : Mais ouais, carrément ! Il y avait une chanson marrante qui est devenue "Khabod of my Aba", au début il n'y avait pas l'intro... ça parlait d'un mec prisonnier d'un jeu vidéo. Euh, pas prisonnier en fait... en fait le mec se barre et du coup les personnages du jeu l'attendent pour finir la quête et il se passe plein de choses en arrière-plan, un peu comme les films d'horreur avec des poupées. Je chantais en japonais à la base dessus, et finalement j'ai arrêté. Je ne sais pas pourquoi, je ne le sentais pas. Je sentais l'idée mais pas pour ce morceau-là, du coup j'ai tout effacé et j'ai recommencé. Et là forcément y'a eu la merde, le gros bloc de merde qui m'est tombé dessus et j'ai fait « Alleluia ! » !

Cosmic Camel Clash : « Je vais créer ! »

Asphodel : C'est ça, « je vais écrire ! » (rires). C'était il y a presque deux ans maintenant, vers le mois de mai/juin et je me suis dit « Okay, ben voilà, je vais parler de ça, de ça, de ça, de ça... ». Avant ce n'était pas possible, et pourtant Alexis m'avait passé des morceaux et j'avais fait des tests pour rigoler mais ça ne le faisait pas. Ce n'était pas authentique.

Cosmic Camel Clash : "Paradoxical Sarabanda" reprend la thématique de "Be My Idol, Then My Fall". J'ai bon ?

Asphodel : (silence) Bravo... c'est la suite logique (rires). C'est un écho à cette chanson-là. Je n'y parle pas de la même personne, c'est quelqu'un d'autre, d'encore plus pervers que sur "Be My Idol". Sur "Be My Idol" il s'agissait de ma colère par rapport à une personne en particulier alors que "Paradoxical" parle de deux personnes qui sont d'ailleurs liées, elles se sont liées bien après. Dans le premier c'était plus « Je suis en colère mais bon, t'as vu, je m'en sors quand même, nananère » alors que là c'est plus du mépris, genre « C'est bon, au bout d'un moment on vous a vu venir. », je suis plus blasée qu'autre chose. Mais bon, effectivement, ce sont deux chansons qui se font écho, bravo.

Cosmic Camel Clash : Encore une fois, Alexis ne fait que des voix hurlées sur l'album. Pourquoi est-ce qu'il ne chante pas en clair ? Ça ne t'intéresserait pas de faire des harmonies autrement qu'avec ta propre voix ?

Asphodel : Mais moi je voudrais bien ! Mais on pense surtout en live après... Alexis est un peu dans le flou, il ne sait pas s'il va tenir la batterie, la basse... forcément, il sait tout faire ! Il se perçoit beaucoup plus comme batteur que comme bassiste, instinctivement. Moi j'aimerais bien qu'il chante mais c'est vrai qu'il n'ose pas encore, il "débute"... je mets des guillemets car je trouve qu'il sort déjà des bonnes choses. Ça viendra peut-être sur les albums suivants mais pour l'instant il ne se sent pas encore prêt à le faire.

Cosmic Camel Clash : Quand je l'avais interviewé pour 2 Unlimited il m'avait laissé entendre qu'il hurle parce qu'il ne sait pas chanter...

Asphodel : Oui, il n'a pas confiance là-dessus !

Cosmic Camel Clash : Il a une prof de chant dans son groupe !

Asphodel : Ouais, mais qui habite à 700 bornes donc c'est difficile de donner des cours. Ce qui l'ennuie c'est surtout ça, il n'est pas encore sûr de lui et il y a le côté « Et en live, on fera comment ? ». S'il est derrière la batterie il ne pourra pas assurer tous ses vocaux, et c'est pour ça qu'il y en a moins sur cet album-là, il préférait s'investir plus dans le côté musical que dans le côté chant. Je déplore un peu le fait qu'il apparaisse moins, j'avoue, mais bon, c'est son choix (fredonne la mélodie de l'émission télé du même nom).


Cosmic Camel Clash : Je trouve que les meilleurs moments de l'album sont les moments d'épure, comme "Escargot" ou "Home". Est-ce que ce type d'approche minimaliste à la Dead Can Dance te parle particulièrement ?

Asphodel : Je n'aime pas vraiment Dead Can Dance, je préfère Lisa Gerrard toute seule. Mais j'adore les trucs minimalistes, oui, et si ça peut être minimaliste et expérimental c'est la fête. "Escargot" est un morceau qui a été créé il y a plus de cinq ans, c'est une idée que j'avais laissé sur mon PC et je faisais un chant très blues avec beaucoup de réverb, on avait l'impression que je chantais dans une cabine, c'était assez particulier. Et il y a peu de temps, en faisant des recherches sur mon PC car j'avais dit à Alexis que j'aimerais bien m'investir un peu plus dans la compo, j'ai retrouvé plein de trucs comme ça. Des trucs avec une note de guitare super grasse qui dure plus de trente secondes avec un chant incantatoire... je lui ai balancé un .zip avec tout ça pour qu'il écoute et il m'a dit qu'il en aimait bien une. Je lui ai dit qu'il me fallait un autre type de son par contre car le son de téléphone que j'avais en mp3 était un peu pourri. J'ai changé totalement l'idée du texte, c'est une chanson pour ma nièce.

Cosmic Camel Clash : Chiara ? (ndCCC : ce nom est présent dans les paroles de ladite chanson)

Asphodel : Ouais, elle m'a apporté beaucoup de choses. "Home" est un truc de Nicolas, et ça m'a fait penser à des trucs de Miyazaki, elle s'appelait "Geisha" à la base. Là aussi j'ai testé des trucs, j'avais besoin d'expérimenter dessus d'une façon très très différente, beaucoup plus intimiste. Il ne fallait pas que la voix couvre l'intérêt du truc derrière. Pour "Escargot" c'est différent, il fallait que ça ait un côté irlandais... c'est tellement simpliste ce côté « tûûûût; tûûûût » qu'il fallait jouer avec la rythmique de ce truc-là, c'était ça qui était important. Je ne sais plus qui m'a demandé ça l'autre jour et à qui j'ai expliqué que je faisais des chansons avec n'importe quoi.

Cosmic Camel Clash : Cglaume de Core & Co. J'ai lu l'interview (ici).

Asphodel : Voilà, c'était lui. J'y parlais du bruit du métro de Lyon qui est très particulier, à chaque fois que je rentre dedans je fais toujours des harmonies vocales et tout ça. Quand j'entends certains bruits je fais des chansons dessus.

Cosmic Camel Clash : Tu entends des notes ? Tu as l'oreille absolue ?

Asphodel : Je n'ai pas l'oreille absolue mais j'entends des notes. Je ne saurais pas te dire si c'est un Fa dièse ou un La 4 mais ça fait des chansons où je reconnais des notes d'après... mon cerveau a l'oreille absolue mais moi pas du tout (rires). Là c'est pareil, je me suis dit que si on faisait un truc tout plat ça ne ferait pas ressortir la tonalité de téléphone. J'avais besoin que ce soit beaucoup plus marqué rythmiquement, c'est pour ça que j'imite un didjeridoo à la fin même si ça ne s'entend pas forcément. Nous avions besoin de faire ressortir le côté rythmique et musical de cette sonnerie de téléphone qui est banale à crever.

Cosmic Camel Clash : Je sais que quand tu sonnes comme une autre chanteuse, parfois c'est voulu et parfois ça ne l'est pas. Alanis Morrissette sur "Escargot" c'est voulu ou pas ?

Asphodel : Nooon ! Pas du tout ! Plein de personnes me l'ont dit, ça me fait plaisir plutôt, mais instinctivement ce n'est pas...

Cosmic Camel Clash : Missy Elliott par contre c'est fait exprès !

Asphodel : Ouiii ! Missy Elliott je la voyais avec son jogging bleu et j'avais envie de faire ressortir ça mais Alanis Morrissette je n'ai pas fait exprès. C'est mon accent américain aussi qui ressort, donc y'a le côté un peu nasal qui fait un peu ce type de voix.

Cosmic Camel Clash : Ca fait maintenant un bout de temps qui vous êtes signés chez Ascendance Records, le label d'un personnage assez unique en la personne de Lee Barrett qui a fondé Candlelight et a signé un paquet de groupes exceptionnels...

Asphodel : ...qui est toujours bourré... (rires)

Cosmic Camel Clash : Oh oui, je le croise tous les ans au Hellfest et à chaque fois il ne sait plus comment il s'appelle. C'est atroce.

Asphodel : Oui ben c'est Lee.


Cosmic Camel Clash : Y'a-t-il des relations entre tous ces groupes à chant féminin qui sont sur Ascendance (vu que c'est le principe du label) ? Le fait d'être signée chez eux a-t-il un sens particulier pour toi ?

Asphodel : En fait il n'y a pas énormément de relations entre les groupes, mais quand il y en a c'est toujours très familial. J'ai eu deux-trois contacts avec Ruby de Witchbreed qui est un crème absolue, il y a un moment où elle n'était pas bien et je lui ai envoyé un mail sur MySpace et la réponse c'était bras grand ouverts, très familial. Pareil avec Akphaezya à l'époque vu qu'ils ne sont plus chez eux... je ne pense pas qu'il y ait besoin d'Ascendance pour ça, ce côté cordial entre les groupes. Quand tu vois qu'il y a des groupes qui se crachent à le gueule un peu facilement alors que c'est complètement ridicule... mais l'avantage avec les groupes Ascendance c'est qu'on peut passer un an sans s'écrire, et quand on s'écrit c'est « Aaaah, comment tu vas, tu vas bien ? », machin. Je pense que ça vient beaucoup aussi de la personnalité des gens dans ces groupes-là, pas forcément du label. Moi je suis content d'être sur l'écurie Ascendance, car même si nous n'avons pas l'étiquette "métal à chanteuse" ça fait tout de même une petite marque de fabrique. Ça nous donne une identité quelque part, dans les chroniques on lit des trucs du genre « on sait que chez Ascendance... ».

Cosmic Camel Clash : Ça donne un cachet...

Asphodel : Ouais ! Une petite carte de visite, quand même. Je suis contente parce que ça se passe bien même si Lee est souvent bourré mais ça c'est lui... on lui envoie un mail en lui demandant des badges, il te répond direct en te disant « les voilà ». On s'envoie des sms pour savoir ce qu'il pense de tel ou tel truc... ça se passe très bien. Après on verra...

Cosmic Camel Clash : Ça fait bientôt une demi-heure, je savais qu'avec toi je ne devais pas préparer trop de questions donc je suis content de moi. Je finis toujours mes interviews pareil : soit tu n'as plus rien à dire et ta dernière réponse sera la dernière chose publiée, soit tu peux ajouter quelque chose. Mais t'es pas obligée.

Asphodel : Je veux rajouter quelque chose.

Cosmic Camel Clash : Ils veulent TOUJOURS rajouter quelque chose !

Asphodel : Je veux rajouter pour la quarante-septième fois que NON, NOUS N'AVONS PAS POMPE MANSON (ndCCC : référence à "Nearly Dead Bat Make Up" du premier album) !!

Cosmic Camel Clash : Tu l'as déjà dit !

Asphodel : Oui mais c'est qui chiant... je retrouve encore des gens qui disent « Oh, vous avez utilisé le gimmick de "mObscene", gnagnagna... »... bon, ça vient de gens pas très cultivés au niveau musical généralement.

Cosmic Camel Clash : Ils n'ont jamais écouté Faith No More...

Asphodel : Exactement. Et il y aura Daniel Gildenlöw sur le prochain. Il était prévu sur le deuxième mais il y a eu un simple problème de concordance de dates, quand on a enregistré l'album il était en tournée donc y'a pas eu moyen de l'avoir à ce moment-là. Et moi la seule chose que je voulais rajouter c'est que les gens aillent faire un tour sur www.onevoice.org. C'est tout. Et pis je leur fais plein des bisous aussi parce que je les aime. Mais qu'ils aillent sur One Voice.

Cosmic Camel Clash : Sauvez les bêtes !

Asphodel : Voilà. Et je te fais plein des bisous à toi aussi.

Cosmic Camel Clash : Merci.

Asphodel : Mais je t'en prie (rires).
avatar
Alexis
Admin

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 38
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://pinupwentdown.your-talk.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum