the french touch

Aller en bas

the french touch

Message  Alexis le Mar 5 Oct - 12:46

http://www.thefrenchtouch.org/tft/objet.php?objet=2845

"342", à lire "three for two", annonce que Pin Up Went Down officie désormais sous la forme d'un trio, ayant accueilli Nicolas Damien derrière les fûts et à la composition. Cette arrivée n'est pas la seule nouveauté de ce deuxième album. Alors que "2 unlimited" donnait dans l'hybridation metal / pop (pour résumer en quelques mots un croisement contre-nature aux multiples ramifications), "342" ne suit pas réellement de ligne directrice. L'album apparaît plus semblable - dans son esprit - aux disques de Carnival in Coal, avec des compositions qui partent dans tous les sens et exploitent différents genres musicaux, parfois dans la même seconde. Mais dans sa pratique il se révèle moins carré, moins construit. Ou tout du moins laisse t'il moins facilement apparaitre sa construction, qui paradoxalement se révèle plus complexe que celle de son prédécesseur. En effet les effets électroniques sont moins présents qu'auparavant, laissant à leur place s'exprimer de "véritables" instruments (Rhodes, piano), donnant ainsi une couleur rétro et organique à l'ensemble.

Les membres de Pin up went down l'ont reconnu en interview, un de leurs buts avec ce projet était de faire du "metal à chanteuse" sans les clichés "lyriques" kitsch généralement associés à ce style. Le premier opus avait pleinement atteint ce but. "342" représente donc une évolution ambigüe : le trio délaisse de plus en plus le métal, mais dans le même temps se rapproche parfois dangereusement des poncifs à base de vocalises qu'il voulait justement éviter. En effet Asphodel, plus que jamais, démontre ici toute la variété expressive dont elle est capable, et - il faut l'avouer - la multitude de styles qu'elle maitrise et sa large gamme vocale font d'elle une chanteuse véritablement remarquable. Mais certains titres en deviennent de pures démonstrations, perdant de leur intérêt mélodique. D'autant plus que la chanteuse laisse moins de place qu'auparavant à son compagnon, monopolisant - avec brio certes, mais tout de même - le micro et nos oreilles. A voir si à l'avenir la jeune femme parviendra à suivre la même trajectoire, en termes d'incarnations diverses et variées, qu'un Mike Patton, à qui elle est parfois comparée pour sa virtuosité et son éclectisme. Il ne faut rien lui souhaiter de moins.

Là où cet album pourrait tromper ceux qui l'attendent de pied ferme, c'est par sa parenté. Certes ses géniteurs viennent du metal. Certes "2 unlimited" pouvait encore être relié à cet univers, et c'était justement sa propension à s'en éloigner en réconciliant des styles diamétralement opposés qui faisait sa force. Du metal à l'esprit large donc. Mais attention, "342" a définitivement coupé les ponts avec ce style ! Alors bien sûr il serait hypocrite d'encenser le disque précédent pour avoir tiraillé le metal en tout sens, l'avoir hybridé et mélangé, et de cracher dans la soupe quand ce nouvel opus pousse le bouchon plus loin en ne conservant que de vagues réminiscences de son héritage (une soudaine irruption de chant grind, une distorsion un peu perdue). En réalité c'est à un problème d'étiquetage que va se heurter ce disque, pourtant bien annoncé comme inclassable. Car il tire dans tous les sens à part égale : trip hop, acoustique, musique de film, pop dansante, ambiance éthérée, quelques soient vos attentes elles trouveront leur place ici.

Et paradoxe final, "342" a au moins le mérite de ses défauts, c'est à dire de montrer que le metal et ceux qui sont originaires de ce milieu possèdent une ouverture d'esprit remarquable. A une époque où le plus important festival metal en France, le Hellfest, atteint des sommets en termes de nombre d'entrées, tout en étant en proie à la haine des milieux associatifs catholiques intégristes et des personnalités politiques assimilées, il est bon de rappeler certaines évidences. Comme le disait Mass Hysteria, "cela fait bien longtemps que les affiches politiques ne convainquent plus que les murs". Et c'est sans doute pour rameuter une partie de leur public que Boutin, de Villiers et consorts s'en prennent à ce festival et par extension à toute une communauté, les accusant pratiquement de sacrifier des vierges chrétiennes pour le petit déjeuner et de brûler des églises à l'heure de l'apéritif. Heureusement, leurs élucubrations n'ont servi qu'à faire de la publicité à cette manifestation, au public apprécié même des forces de l'ordre pour son calme et son respect.

L'intelligence a donc choisi son camp, et cet album de Pin up went down illustre tout à fait ce propos : où trouve t-on aujourd'hui des musiciens capables de mêler des styles radicalement opposés dans des compositions alambiquées, sans se prendre les pieds dans le tapis ? Une chanteuse avec une très large palette de voix qui ne bâtit pas sa crédibilité sur son déhanché et son décolleté ? Ni à la télévision, ni dans les églises .... Le résultat n'est peut-être pas facile d'accès, et votre humble serviteur avouera volontiers être resté en grande partie hermétique à ce disque. Mais tant d'efforts méritaient d'être loués. (mercredi 21 juillet 2010)
avatar
Alexis
Admin

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 38
Date d'inscription : 20/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://pinupwentdown.your-talk.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum